Accueil Pratique des Armes

postheadericon Pratique avec Armes

Grand Maître Morihiro Saito Sensei

1

 

"on peut apprendre l'aikido sans pratiquer les armes.
Cependant, cela ne pourra pas être une forme parfaite d'aikido, c'est-à-dire ' l'union des principes du ken, du jo et du taijutsu' telle qu'enseignée par le fondateur, l'apprentissage des techniques d'armes (bukiwaza) permet une compréhension plus profonde de l'aikido.
Le taijutsu est issu des principes des techniques du sabre' si vous étudiez l'aikido avec un professeur qui a acquis la maîtrise des techniques d'armes, vous pourrez accéder à une certaine compréhension de l'aikido même si vous ne pratiquez que le taijutsu.
Le fait est cependant qu'il existe une différence évidente entre les mouvements de ceux qui ont réellement étudié les armes de l'aikido et les mouvements de ceux qui ne les ont pas étudiées,si vous pratiquez correctement les armes et exécutez ensuite les techniques à mains nues, vos formes de corps seront belles sans pour autant être inutiles, tout simplement parce que vous exécuterez les techniques à mains nues de la même manière que vous effectuez les techniques d'armes. "

 
C'est parce qu'ils n'ont pas reçu de o-sensei l'enseignement des armes de l'aikido que les gens les pratiquent peu, à l'époque où o-sensei les enseignait, les professeurs de tokyo étaient très occupés, devant parcourir tout le japon pour donner des cours au moment où l'aikido devenait populaire. ils n'avaient donc pas le temps de venir jusqu'à iwama, seul endroit où le fondateur enseignait les armes."
 
entretien avec saito sensei par jean paoli
arts et sports de combats
no 40 - juin 1998 - paris

 
T.K. Chiba Sensei.

2

Récemment, il est venu à mon attention qu'il existe une argumentation grandissante dans les cercles d'aikido à savoir si la pratique des armes est une bonne ou une mauvaise chose en aikido.


Mon opinion est qu'il semble exister un manque de compréhension en ce qui concerne les différences individuelles, ce qui est contre productif. Je crois que la pratique des arts martiaux est et doit être quelque chose de très individuel, il faut respecter chaque professeur selon sa propre individualité et sa propre histoire.


Ce n'est pas mon intention et je ne suis pas intéressé de préciser ici si la pratique des armes en aikido est une bonne chose. De plus, je ne veux pas me prononcer sur le fait que certains professeurs enseignent ou non la pratique des armes.   


L'aikido peut être enseigné de façon adéquate et efficace sans la pratiques des armes, cela ne lui enlève rien de sa richesse. C'est ce que font plusieurs professeurs.

 

Cependant, l'aikido peut aussi être enseigné avec la pratique des armes sans pour autant en perdre sa pureté. Il n'est pas important de savoir si c'est une bonne ou une mauvaise chose de pratiquer les armes en aikido, tout dépend des connaissances du professeur et de la qualité de son enseignement.


Je crois que l'essence même de l'aikido se trouve dans la pratique des techniques à mains nues. Pour ma part, je pratique aussi les armes parce que cela m'intéresse. Je trouve qu'il existe un lien étroit entre les techniques à mains nues et les techniques des armes mais lequel vient en premier n'est pas à mes yeux très important. C'est la dynamique entre les deux qui me fascine. 

"My Relationship to Weapons Training" par Chiba Sensei.
Sansho,  journal d'aikido -  USAF région de l'ouest
Vol. 11, No. 2&3 - été/automne 1994
Traduction de l'anglais par Benoit Desruisseaux

 

 

I.W. Shibata Sensei.

3

 

 

J'aimerais donner mon opinion sur la pratique des armes en aikido ainsi que la relation qui existe entre les techniques d'armes et les techniques à mains nues.

Je crois que les techniques d'armes sont étroitement liées aux techniques à mains nues. Je suis convaincu que les mouvements du corps en aikido dérivent des mouvements du corps des pratiquants d'armes.


"A Note on the Weapons Training in Aikido."
par  I.W. Shibata Sensei.
Sansho,  journal d'aikido -  USAF région de l'ouest
Vol. 11, No. 2&3 - été/automne 1994
Traduction de l'anglais par Benoit Desruisseaux