Accueil Paroles d'Aïkidokas Principes de bases

postheadericon Techniques de bases

Principes de bases

 

 

Uke tori aite

 

Uke est celui qui est à l’initiative de l’attaque

Aite est une autre façon de dénommer uke, littéralement traduit par celui qui  donne sa main, la notion d’abandon de soi au profit du travail de son partenaire est plus présente dans cette appellation

Tori est celui qui va développer la riposte, la technique proprement dite

 

 

Si notre respiration suit le flux et le reflux de la mer, qu’en est il de nos liens plus profond.

Uke ,aite, tori,

 

La notion de concordance en Aïkido est un principe fondateur, le face à face des cœurs, ressentir l’autre au plus profond de son être.

 

Lors d’une simple saisie ryote dori ou katate dori la dualité s’évanouie, il n’y a plus deux personne mais une nouvelle entité, le mouvement de l’un induit le mouvement de l’autre, dans ce balai tori laisse son ego pour guider uke.

 

Ressentir le sens de la saisie, si dans notre apprentissage des techniques nous sommes obligés de suivre les recommandations souvent nos techniques sont bloquées par uke qui sait ce que nous allons faire. Tandis que dans une réponse instinctive d’une attaque, en suivant le sens de celle-ci, uke et tori ne forment plus qu’un.

 

Lors d’une saisie l’on ne saisi pas seulement son poignet mais son esprit tout entier, plus la saisie est puissante plus son esprit est fixé sur ce point, le flux mental est bloqué et son attention uni-pointée sur la main de uke , celle ci bloque, hypnotise tori.

 

Au fil du temps l’esprit de tori s’apaise et il prend confiance en sa pratique, la saisie de uke n’est plus une contrainte mais un point d ‘ancrage autour du quel il peut bouger librement.

Il s’est libéré mentalement de la saisie avant de s ‘en libérer physiquement…

 

Lors d’une saisie la technique va se dérouler jusqu’à son paroxysme : la chute de Uke

 

dscn4146

 

La chute de Uke (ukemi), n’est pas une fuite ni une défaite : c’est l’unique solution pour ce sortir d’une situation périlleuse tout en revenant face à son adversaire dans de bonne condition.

 

Durant toute la technique la saisie est maintenue fermement, dans le cas contraire les bras de tori sont alors libérés de toutes saisies  et portent un atemi au visage :fin de la technique !

 

 

 

 

 

 

 

Omote et ura

 

 omote ura

 

Quitte à déroger à la tradition d’associer omote et ura au yin et au yang permettez moi une digression non scientifique.

 

Imaginez la lame affûtée d’un sabre qui s’abat de haut en bas, dans sa course il va séparer l’air (ou fendre l’air) et celui ci n’a d’autre choix que d’épouser la forme de la lame pour se refermer sur lui même après son passage.

 

Au final il ne s’est rien passé : ni coté droit, ni coté gauche.

 

Nous venons d’expérimenter à l’envers ce qui crée la force de sustentation et permet à nos avions de voler.

 

L’air esquive la lame tout comme nous esquivons l’attaque, si c’est à l’intérieur de uke (face à lui) nous sommes en omote si c’est sur son coté extérieur nous sommes en ura.

 

Il ne reste plus qu’à développer la technique dictée par l’attaque de Uke.

 

 

Jo et bokken

 

 

Le Bokken

 

Le bokken est un sabre d’entraînement en bois, il se manie comme un vrai sabre et exclusivement avec la main droite au dessus de la main gauche…

 

 dscn4185

 

 

 

 

Le Jo

 

Le jo est un bâton en bois, son maniement n’exclu pas l’inversion des mains dans la saisie le rendant ambidextre.

Les mouvements du bokken sont repris au jo aux quels vont s’ajouter nombre de combinaisons circulaires qui permettent de l’utiliser dans les huit directions.

 dscn4108

Les diverses saisies du jo et du bokken font légions dans le maniement quotidiens de divers outils .

Si l’on utilise les techniques du bokken dans le maniement de la masse, comme pour fendre du bois ou planter des piquets les effets sont spectaculaires.

 

dscn4104

De même l’application de la prise en main du jo sur divers outils changent notre manière de travailler, les techniques circulaires et de levier modifient de façon exponentielle l’efficacité d’une fourche, d’un croissant…

 

S’il est d’usage de faire référence au samouraï ou autres congrégations guerrière je crois qu’il est bon de rappeler que bien des armes furent à leurs débuts de simples outils agricoles, et qu’il est donc normal de renouer avec des gestes ancestraux…