Accueil Paroles d'Aïkidokas Joyeux anniversaire

postheadericon Joyeux anniversaire

Mon maitre Luc,

 

Tout d’abord, je tenais à te remercier d’avoir pensé à inviter ton plus ancien élève ...le plus vieux de villeneuve en tout cas !

 

Bien que pour des petits problèmes de santé, je ne puisse plus pratiquer depuis 3 ans, ce magnifique art martial qu’est l’Aïkido, j’avais envie quand même d’en parler.

 

Et peut être le fait d’avoir quitté le tatami depuis si longtemps, me permet d’avoir une vision plus globale et plus libre de notre art.

 

Y a-t-il de nouveaux pratiquants dans ce dojo ?

 

Quand je dis nouveaux, c'est-à-dire des personnes qui pratiquent depuis moins de 15 ans !...

 

C’est à ceux là en particulier que je m’adresse,

Je m’adresse à celle ou celui qui, au bout d’un mois, d’un an voire dix ans se demande un peu désespéré : « arriverai je un jour à réaliser un bon ikkyo ?

 

Ikkyo : le premier mouvement qui parait si simple quand on le voit effectuer par Luc et qui pourtant nous pose tant de problèmes...

 

Un jour, on a l’impression d’y être arrivé, un partenaire peut être un peu complaisant, nous dit enthousiaste : « oui ! Super JP là tu m’as bien balancé ! »

 

Et c’est là que notre prof qui se promène parmi nous et qui a assisté à la « scène », s’approche de moi avec son sourire ( qui parfois effraie le néophyte) et dit : « Recommence, je t’attaque »

 

Et là ...comment dire, je ne trouve pas le mot qui serait plus fort que la déception...

 

Et Luc de crier : « Arrêtez ! Regardez ! Non restez sur place ! Allez JPB fait nous un bel Ikkyo ! »

 

On a toujours l’impression d’avoir la good attitude, mais je passerai sous silence ce gros orteil qui vient effleurer la partie sans doute la plus sensible de mon anatomie et qui me rappelle que l’on ne doit jamais rester pile en face de l’attaque...au moment de l’attaque : coup de poing !

 

Il m’attaque...et je me retrouve aussitôt dans cette situation où vous vous dites que vous auriez mieux fait de rester à la maison devant « Money Drop » !

 

En complet déséquilibre, l’air parfaitement ridicule, il vous dit doucement, dans sa barbe : « Non ne tombe pas, tiens mon avant-bras »...

 

Ce qu’il appelle un avant-bras est en fait une énorme masse musculaire très ossue, couverte de poils bien fournis !

 

Et là, à un moment, ce n’est plus qu’en m’agrippant à 2 ou 3 poils que j’essaie de me jouer de la pesanteur... en vain, car je finis par tomber lamentablement sur le tatami, et je vois son visage qui s’illumine, et avec un triste sourire, se retourne vers les autres et déclame : «  Dans 10 ou 15 ans, vous y arriverez ! »

 

Si je prends un deuxième exemple, il me plaît de repenser aux 31 mouvements avec le jo !

 

Quand Luc fait sa démonstration, on le voit jouer, je dirais même se jouer de son bâton !

 

Il virevolte, fait tourner l’engin dans tous les sens et on le devine face à un ou plusieurs terribles guerriers qu’il élimine les uns après les autres magiquement...

 

« A toi JPB !»

 

Et là je me dis que j’aurais peut être mieux fait de rester à la maison faire le jeu des sept erreurs !

 

Car là, les erreurs sont légions !

 

Les copains, assis en seiza, se demandent dubitatifs, si c’est bien la même chose qu’ils ont vu tout à l’heure !

 

Ce n’est plus un magnifique aïkidoka qui part dans une frénétique danse martiale, mais plutôt un pauvre bougre bien empêtré avec son bâton !

 

Et là, les autres ne voient plus de terribles guerriers attaquant le pauvre élève, mais plutôt une cohorte de mouches virevoltant autour de lui...

 

Alors, les nouveaux, ne vous inquiétez pas, on finit quand même à progresser et un jour on effectue un ikkyo tout à fait convenable et manie le jo avec beaucoup plus de grâce...

 

Alors, persévérez et vous rentrerez chez vous en disant : « ce soir, il me semble que j’ai compris quelque chose de nouveau, je me suis senti plus léger et plus souple, j’ai l’impression d’avoir fait des chutes douces et j’ai souri pendant le cours ! »

 

On a tous ce sentiment, cette impression, quel que soit notre niveau.

 

Et là, on comprend que l’apprentissage sera long, mais quel plaisir de progresser avec un enseignant tel que Luc !

 

Mais, contrairement aux autres sports, si tant est que l’Aïkido soit un sport, l’Aïkido, quand on le poursuit longtemps, ne nous quitte jamais vraiment...

 

Personnellement je pratique notre art aussi bien dans me vie professionnelle que privée : je pense que les deux plus belles chutes que j’ai jamais  effectuées, ont été sur un cours de tennis, et lors d’une ballade sur une digue bétonnée et glissante !

 

A un niveau professionnel, mes patients font sans le savoir de l’Aïkido, pour réagir aux chutes et trouver un meilleur équilibre... et ça Luc, je peux te dire que c’est très gratifiant et je pense souvent à toi avec un léger sourire complice.

 

Justement j’en reviens à toi mon cher Luc pour fêter avec toutes les personnes ici présentes, tes 40 ans de pratique de l’Aïkido.

 

40 ans : 2 générations ! C’est magnifique !

 

La période où les enfants des enfants de tes vieux élèves commencent à apprendre les chutes, la terrible séance des assouplissements qui décidément m’auront toujours fait atrocement souffrir sous ton regard joyeux et quelque peu sadique ! Et les premiers Ikkyo et kote gaechi !

 

Saches que dans la vie on rencontre quelques personnages importants : un instituteur, un philosophe, un enseignant qui va tracer notre vie professionnelle...

 

Et bien tu sais Luc, tu fais partie de ces gens là !

 

Personnellement tu es quelqu’un qui m’a beaucoup apporté dans la vie aussi bien privée que professionnelle.

 

Et bien sûr, je n’oublie pas la complicité qui nous lie quand je pense aux belles choses que nous avons en commun.

 

C’est avec beaucoup de tendresse et de respect que je te souhaite un bon anniversaire...

Et bon courage a toi pour entamer ta 3 ème génération d’enseignement de l’Aïkido.

 

                                               Je t’embrasse

                                                                                              JPB, le 12 décembre 2015