Accueil Paroles d'Aïkidokas Chanson pour Luc

postheadericon Chanson pour Luc

 

Nous venons de passer une soirée inoubliable, à l’occasion de l’anniversaire des 40 ans de pratique de Luc et pour ceux qui ne pouvaient être présent, voici notre hommage à Luc...

Des Aïkidokas d’Agen et de Villeneuve se sont unis pour revisiter la célèbre chanson de notre poète Georges Brassens, les copains d’abords, mais la version originale était tout aussi d’actualité pour les liens qui unissent les aïkidokas de nos deux clubs et leur professeur...

Amitiés, et merci...

 

 

L’AÏKIDO D'ABORD

 

                  Cmaj7

Oui c’était bien de l’Aïkido

                    %

Que Luc Médan oui ce salaud

                      D7

Nous enseignait au fond des corps

                     %

Oui au fond des corps

 

                     Fmaj7

On pratiquait en père peinard

                     E7

En faisant la march’ en canards

                      A-7         D7

En chantant l’Aïkido d’abord

G7                Cmaj7       G7/ Cmaj7

L’Aïkido d’abord

 

 

 

Son Kamae et sa posture

C’était pas de la confiture

N’en déplaise aux conquistadores

oh coquin de sort

 

Kanetsuka et ses potos

N’étaient pas des enfants de salauds

Mais des Aïkidokas offshore

Tous en bicolore

 

 

C’étaient pas des amis de lutte

Ou des petits joueurs de flutes

Mais des gens d’Agen-Villeneuve

Agen-Villeneuve

 

C’était pas des gens d’la fédé

FFtroisA FFABé

La granj’ du pèr’ Léo alors

Monta à babord

 

 

C’étaient pas des anges non plus

Ueshiba, ils l’avaient pas lu,

Mais ils pratiquaient sans sponsor

Sans autre mentor

 

 

Jean, Pierre, Joël et compagnie

C’était des hommes bien aguerris

Leur crédo, leur confitéor

L’Aïkido d’abord

 

 

Même si on fait des abdos

Et qu’on galère un peu au jo

Faut bien qu’on tremp’ le kimono

Avant de boire l’apéro

 

Et des enfants et débutants

Au premier et deuxième dan

On te r’mercie chaleureus’ment

O sensei Médan

 

 

    Dès qu’on lui fonçait dans le lard

Un atémi un peu barbare

Nous faisait perdre un peu le nord

Perdre un peu le nord

 

Et quand on était en détresse

Qu’nos bras lançaient des S.O.S.

Luc venait nous guider encore

L’Aïkido d’abord

 

 

Et à tous les anniversaires

On rencontrait tous les pépères

Quand l’un d’entre eux manquait à bord,

C’est qu’il était mort.

 

Oui mais jamais au grand jamais

Sa place à table ne s’oubliait

Cent ans après, coquin de sort

Il manquait encore.

 

 

Des dojos j’en ai vu beaucoup

C’est le seul qui ait tenu le coup

Qui n’ai jamais viré de bord

Mais viré de bord

 

On pratiquait en père peinard

En faisant la march’en canard

En chantant l’Aïkido d’abord

L’Aïkido d’abord

 

 

 

Non ce sera pas le plus beau

Des hakamas oui ce cadeau

Qu’il portera ce samedi soir

Et bien d’autres soirs

 

Luc faisait les cours les plus chauds

Qu’on puiss’ rêver dans les dojos

toujours à un plus haut niveau

Not’prof d’Aïkido